La Vie des Vikings

Aujourd'hui, on a souvent à l'esprit les guerriers Viking forts et terribles, menant de grandes et sanglantes conquêtes.

Mais, est-ce que la vie réelle du peuple Nordique a été similaire à ces légendes ? C'est ce que nous allons voir dans cet article. Une chose est sure : l'existence dans le Nord a été rude, courte et épuisante.

Il y a mille ans, les Vikings avaient acquis une réputation "de terreur". Pour leurs voisin Européens, ils étaient l'incarnation des guerriers féroces qui arrivaient du grand froid pour tout dévaster sur leur passage. Emportant avec eux ce qu'ils pouvaient piquer.

un beau couple Nordique

Tout cela est peu être vrai, à condition toutefois d'avoir survécu à l'accouchement et avoir réussi à atteindre le sein de votre mère par la suite. Ce qui n'allait pas de soi dans le royaume Nordique. En effet, les nouveau-nés qui donnaient l'impression d'être malades ou handicapés après la naissance étaient immédiatement évacués de la maison longue par le clan et laissés pour mort. Beaucoup d'autres sont morts peu après, de maladie, de famine, ou des autres conditions de vie parfois difficiles du Nord. Les Vikings n'avaient pas de profession médicale, bien qu'ils aient dû connaître les herbes médicinales et les méthodes de traitement les plus élémentaires utilisées par les femmes. "A peine la moitié des descendants des Vikings ont vécu jusqu'à leur cinquième anniversaire", déclare l'universitaire scandinave Arnulf Krause.

Une fois que le garçon ou la fille a heureusement atteint ce stade, l'enfance est bientôt terminée. Dès l'âge de sept ans, ils étaient considérés comme des travailleurs à part entière. "Ni les fouilles archéologiques ni les documents écrits ne nous donnent d'indications sur l'existence d'écoles chez les Vikings", dit Krause, "du moins pas avant l'ère chrétienne". Où, à la fin du Moyen-Âge, vers la fin de l'ère viking, les monastères et les écoles des cathédrales ont repris cette fonction.

Néanmoins, les chansons d'Edda nous apprennent que Siegfried, le tueur de dragons Nordiques, a suivi un apprentissage de forgeron. Bien que ce ne soit qu'une légende, M. Krause sait que, dans la vie réelle des Vikings, de nombreux enfants recevaient également une formation professionnelle, de préférence chez leur oncle ou d'autres parents. Bien sûr, l'art de la forge d'armes. Mais aussi la construction navale ou la navigation ont joué un rôle plus important qu'à la même époque dans l'arrière-pays Allemand.

Village viking

La fréquentation scolaire était exceptionnelle

L'enfance chez les Vikings a été rude, courte et épuisante. Ces résultats de la recherche viking offrent des parallèles avec l'enfance en Europe centrale. Ici aussi, la fréquentation scolaire était exceptionnelle à cette époque. Et la mortalité infantile était élevée. Tout comme les difficultés générales dans lesquelles les enfants étaient parfois entraînés. Les jouets existaient tout de même. Et la variété de la nourriture - à part lors des famines assez fréquentes - n'était guère différente de celle de la Scandinavie médiévale.

Les chercheurs vikings ne cessent de rappeler et de "se méfier" des nombreux clichés qui ont formé l'image de ce peuple. Mais ils soulignent aussi souvent que certains d'entre eux sont tout à fait vrais. La sauvagerie qui s'est exprimée dans leurs raids et qui a donné naissance à leur réputation n'était pas très noble. Et pourtant, des siècles plus tard, à l'époque du premier romantisme, ce sont précisément les sauvages qui ont été anoblis : lorsque Jean-Jacques Rousseau et d'autres intellectuels tels que Johann Gottfried Herder ont cherché à glorifier la "primitivité", l'archaïque et le "barbare". Non seulement dans les mers du Sud, mais aussi dans le Nord. Sous une forme quelque peu modifiée, mais avec un élan similaire, cet engouement scandinave s'est manifesté plus tard dans la glorification de tout ce qui est nordique, comme un bastion germanique. Cela se reflète, entre autres, dans les œuvres de Richard Wagner - avec "Siegfried", par exemple. Ou le "Ring of the Nibelung" et d'autres arts de son époque.

Cité Nordique

Culte, cliché ... cette culture nordique est toujours profondément enracinée. Les disciples du gothique allemand et anglo-saxon lui rendent hommage. Et les rockers aussi bien que de nombreux fans de heavy metal. Il semble donc inévitable qu'il ait également trouvé son expression dans la littérature pour enfants et adolescents d'aujourd'hui, dans la figure du mignon barbare. Une chose que l'on ne peut pas dire de ce genre, c'est qu'il ne raconte pas aux enfants les hauts et les bas du commerce viking. Même les hommes en font trop et ne réapparaissent pas.

Les enfants de l'époque n'étaient pas du tout protégés de ce monde. Les jeux, du moins ceux des garçons - attestées par les trouvailles de petites épées, d'autres armes miniatures ou aussi de petits bateaux - se sont déroulés dès leur plus jeune âge.

Tous les Vikings n'étaient certainement pas des pilleurs à plein temps. La plupart d'entre eux cultivaient leurs cultures ou élevaient leur bétail chez eux, en paix avec l'environnement. Ou partaient en expédition de pêche - même s'ils devaient tous garder et entretenir leurs armes Vikings dans leurs longues maisons privées.

Ces jeunes hommes, pour qui le vol à proximité des côtes étrangères est devenu leur seul but dans la vie, ont vite eu du mal à s'intégrer dans leur société d'origine. Ils ont donc préféré rester loin, jusqu'à la fin de leurs jours de voleurs sur mer et sur terre, voyageant naturellement sans famille. Mais le rôle le plus important dans l'établissement de l'image des Vikings et aussi dans l'expansion de leur empire a été joué par l'émigration ciblée de clans vikings entiers, sur les côtes des îles britanniques, de l'Allemagne et de la France actuelles. Parfois de façon permanente, parfois seulement pour un an ou deux. Ici aujourd'hui, là demain. Ils ont déménagé avec leurs familles de l'autre côté de la mer, les combats sont devenus le but de leur vie, même pour leurs enfants. Et ils ont été témoins très tôt de l'asservissement de leur clan dans leur nouveau lieu de résidence. Parfois, ils devaient observer comment certains "berserkers" se battaient dans une véritable frénésie. Ce qui, du moins selon la tradition, arrivait souvent. Le mot berserker vient des Vikings. Selon les étymologistes, il suggère que le guerrier avait la force d'un ours ou du moins portait la peau d'un ours, qui était toujours tenu en grande vénération.

Intérieur Maison Viking

L'amour des enfants est douteux

Un charnier en Angleterre, d'où des archéologues ont apparemment récupéré des Vikings morts de la peste, hommes, femmes et enfants, montre que tous les homme du Nord ancestraux ayant des pouvoirs d'ours n'étaient pas à l'abri du danger.

Compte tenu de leur mode de vie de "truands", les Vikings avaient-ils quand même de la place pour l'amour de leurs enfants ? L'abandon de nourrissons malades et l'utilisation de leur travail à un si jeune âge pourraient susciter des doutes. Le meurtre d'enfants, cependant, semblait être si répandu que le parlement viking islandais, l'Althing, avait des règlements réguliers à ce sujet. Il fallait le faire avant la première alimentation et avant que le père n'élève l'enfant à partir du sol pour la première fois. A leur arrivée, les chrétiens ont encore une fois durci les règles, mais l'infanticide resta autorisé.

Les familles échangeaient volontiers leurs enfants dès leur plus jeune âge, les confiant à des clans étrangers, ce qui était particulièrement fréquent chez les chefs vikings. Naturellement, l'horizon des enfants devait s'élargir à l'étranger. Le chercheur viking Krause y voit une sorte de "spiritualisation" des enfants : les clans qui échangeaient des enfants restaient pacifiques entre eux. Même cela, un recrutement à un âge précoce pour la paix, semble cruel. Mais c'est précisément ce qui témoigne de l'amour parental : sans lui, la "prise d'otages" n'aurait pas fonctionné.

Ils étaient rudes, les Vikings, mais il ne faut pas sous-estimer leur coexistence sophistiquée.