Prêtre Viking

Le pouvoir et les fonctions du godi (prêtre du temple) étaient probablement les mêmes en Norvège, qu'en Suède ou au Danemark, avant l'époque de Harald 1er de Norvège, Gorm du Danemark et Erik de Suède.

Dans les premiers temps des godis, dont la fonction s'appelait Godord (Godiship), ils étaient les chefs lors des sacrifices et les dirigeants spirituels du peuple. Et leurs descendants unissaient le pouvoir spirituel et temporel.

Le nombre initial de détenteurs de la divinité en Islande était de trente-neuf. Mais en l'an 1004, douze nouveaux membres ont été ajoutés.

La position du godi parmi les hommes était d'une nature particulière. Elle était fondée sur la naissance ou sur des privilèges. La seule chose au-dessus de lui était la loi, qui était sous la garde de tous les godis du pays. Il devait veiller à ce que la loi soit appliquée par les Thingmen (armée au service du Roi, d'un dirigeant ...). Et il devait aider ses propres Thingmen lorsqu'ils avaient un procès contre un autre Thingmen d'un autre district.

Godi viking

Le prêtre du temple avait certains revenus. Il avait, en outre, une part du salaire donné aux Bœndr (pécheur, paysan, artisan ...) qui n'allaient pas à la guerre. Et aussi, une part de certaines amendes et des biens confisqués. Et des frais pour certaines formalités légales qui ne pouvaient être effectuées que par lui. Il était nommé par le district ou par la famille, et les bœndr sous un certain godi étaient appelés les Thingmen du godi.

Le godord était considéré comme une propriété. Il était hérité et pouvait être donné, vendu ou confisqué. Si le dieu perdait la divinité, les hommes du district de Thridjung auquel la divinité appartenait devaient en élire une autre. Et aussi, lorsque l'héritier n'était pas majeur, ils pouvaient élire un dieu provisoire. L'héritier d'une divinité devenait godi, si le boendr le lui permettait, à l'âge de douze ans. Si l'héritier était une femme, elle pouvait donner la divinité à l'homme de son choix dans la circonscription.

Lorsqu'un homme devenait godi, il tuait un bélier et trempait ses mains dans son sang.

Si le dieu enfreignait la loi, il était poursuivi comme un autre homme, ce qui entraînait un contrôle de ses pouvoirs. Et il devait veiller à ce que la loi et la justice soient correctement exécutées.

Si le dieu, pour une raison ou une autre, ne pouvait pas régner sur son district, il pouvait le donner à qui il voulait dans le district. Bien que le bureau puisse appartenir à plusieurs, il ne pouvait être représenté que par un seul homme.

Illustration d'un Godi procédant à une offrande au Dieu Thor

S'il y avait plusieurs propriétaires, et que le pouvoir n'avait été donné qu'à l'un d'entre eux, il passait à tour de rôle d'une année à l'autre.

Les godis semblent avoir porté de longues barbes, ce qui était apparemment la coutume chez les souverains. En effet, Edward est représenté sur la tapisserie de Bayeux avec une barbe.

Lorsque l'héritier de la divinité était mineur, c'est le plus apte des Thingman qui occupait la fonction jusqu'à sa majorité.

En Islande, au début, le Kjalnesinga Godi occupait le haut poste de l'Althing L'Althing commençait le jeudi, après dix semaines (cinquante jours) d'été, et durait quatorze jours.

Tous les dieux devaient venir à l'Althing et arriver le jeudi soir, avant que le soleil ne quitte la plaine, sinon ils perdaient leur statut de dieu. Si un godi avait rencontré des obstacles légitimes, le godi du même quartier de la Chose décidait qui devait prendre sa place. Il avait le droit de demander à un homme sur neuf de ses "Thingmen" de le suivre jusqu'à la Source.

Tous les bœndr qui étaient venus à l'Althing le jeudi soir étaient considérés comme de bons Thingmen, mais le bœndr qui restait à la maison devait payer une amende. S'ils étaient venus avant le premier dimanche de l'Althing, ils étaient considérés comme de bons "Thingmen", mais ne recevaient pas de salaire. Les Thingmen n'étaient pas autorisés à quitter l'enceinte de la Chose avant la dissolution de l'assemblée.

Parfois, des réunions avaient lieu, appelées Vapnathing, où tous les bœndr devaient se présenter,. Et produire pour inspection les armes que chaque homme était légalement obligé d'avoir.

Le lieu où siégeaient les juges était sacré, et des cordes délimitaient l'enceinte.