L'aigle de sang

L'aigle de sang, également connu sous le nom de blóðörn, était une méthode d'exécution présumée des Vikings.

Ce procédé était utilisé par les Vikings pour faire un sacrifice aux dieux. Des rois, des ecclésiastiques ou des Jarls hostiles ont été exécutés selon cette méthode brutale.

Torture aigle de sang

Qu'est-ce que l'aigle de sang ?

Le dos de la victime vivante était ouvert avec un couteau. Les côtes de la colonne vertébrale exposée étaient coupées et pliées vers l'extérieur. Cela donnait l'impression d'avoir des ailes. En outre, les poumons étaient arrachés et pendaient au-dessus des épaules. Si la victime était encore en vie après cette épreuve, on saupoudrait du sel dans le dos ouvert.

D'autres sources rapportent que le muscle trapèze de la victime était coupé. Ainsi, l'omoplate était exposée et les deux omoplates pouvaient être repliées vers l'extérieur. Cela permettait également d'obtenir la représentation d'un aigle.

Torture Viking

Vérité ou mythe ?

La vérité au sujet de l'aigle de sang pourrait en réalité n'être que très mince :

  • D'une part, l'extraction des poumons est en fait impossible. Dès que la paroi de la cavité thoracique est percée, les poumons s'affaissent. C'est comme dégonfler un ballon.
  • De plus, un jarl ou même un roi pouvait être libéré contre une rançon colossale. Même un simple soldat était précieux en tant qu'esclave.
  • Et, il n'y a aucune preuve formelle que l'aigle de sang ait été réellement exécuté.

Certains moines anglo-saxons ont signalé l'utilisation de l'aigle de sang. Cela dit, certains moines voulaient élever les rois ainsi tués au rang de martyrs. Et la mention de l'aigle de sang semble beaucoup plus impressionnante qu'une mort insignifiante.

Par exemple, Ælle de Northumbrie a été tuée par l'aigle de sang. C'est également dans la série télévisée "Vikings" que le roi rencontre cette fin brutale.

Aigle de sang

Une alternative ?

L'exécution d'un aigle de sang n'aurait probablement pas été menée à terme. Le simple fait d'ouvrir la poitrine aurait fait s'affaisser les poumons et la victime aurait suffoqué.

Il y a aussi la théorie selon laquelle un aigle aurait été gravé sur le dos de la victime. Cette méthode est incroyablement douloureuse, mais les chances de survie ne sont pas mauvaises. Comme les Vikings n'ont pas tenu de registres, personne ne peut en être sûr.

Il ne reste plus que la théorie et les écrits de quelques moines chrétiens. Et ceux-ci n'avaient pas nécessairement une bonne opinion des hommes du Nord.