Erik le rouge

Erik le Rouge est considéré comme le premier explorateur du Groenland. On l'appelle probablement "le Rouge" en raison de ses cheveux roux. Mais ses actes sanglants sont également à la hauteur de son nom. Dans cet article, vous en apprendrez plus sur le célèbre Viking Norvégien.

Qui était Erik le Rouge ?

Erik "le Rouge" Thorvaldson a vécu de 950 à 1003 environ et est décrit comme un homme querelleur et colérique. À l'âge de 20 ans, lui et sa famille ont fui la Norvège parce que son père avait commis un meurtre et avait été banni. La famille s'est installée en Islande et Erik a épousé la fille d'un homme riche. Grâce à la dot de sa femme, il a construit sa propre ferme. Quatre enfants lui sont nés là-bas - dont Leif Eriksson, l'un des premiers explorateurs de l'Amérique.

Erik le rouge

Bannissement de l'Islande

Une fois de plus, Erik s'est retrouvé mêlé à des querelles, deux de ses voisins islandais étant morts de ses mains. En conséquence, il a été banni d'Islande pendant trois ans. Il ne pouvait pas rester, retourner en Norvège n'était pas non plus une option. Mais il avait alors une idée pour utiliser le temps du bannissement à bon escient. Selon les rapports du Norvégien Gunnbjörn Úlfsson, il y avait une côte inhabitée à l'ouest de l'Islande.

Erik a réuni un équipage d'un peu plus d'une douzaine d'hommes et s'est mis en route par bateau pour être le premier à explorer cette île pendant son exil. Il a navigué depuis l'Islande directement à l'ouest et a ensuite exploré l'île. Au sud de Nuuk, l'actuelle capitale du Groenland, il a trouvé des terres fertiles où lui et ses camarades ont aménagé et cultivé leurs propres parcelles.

Voyages Vikings

Le chemin d'Erik vers la gloire

À son retour en Islande, il a fait de la publicité pour son île explorée, qu'il a nommée "Groenland" (traduit par "terre verte"). Comme ce nom semblait très prometteur, il est retourné au Groenland déjà un an après son retour avec plusieurs centaines d'explorateurs répartis sur 25 navires, dont seulement 14 sont effectivement arrivés.

On y chassait le poisson, les phoques, les rennes et les ours polaires. Cela a permis de couvrir les besoins en nourriture et en fourrures. Cependant, il y avait un manque de bois de chauffage et de céréales, qui ne pouvaient pas être cultivées de manière rentable. Un commerce animé s'est développé. Enfin et surtout, les dents de bœuf laineuses étaient une denrée précieuse.

Au fil des ans, de plus en plus d'immigrants sont venus au Groenland et Erik est devenu et est resté le souverain incontesté de l'île. Probablement à cause d'une épidémie provoquée par les explorateurs, Erik est mort peu après le tournant du millénaire, en 1003.

L'explorateur Erik le rouge

Erik le Rouge en littérature

L'un des écrits historiques les plus importants sur la vie et l'œuvre d'Erik le Rouge est la saga rauða ("Saga d'Erik le Rouge") d'Eiríks. Deux versions ont survécu, l'une du 14ème et l'autre du 15ème siècle. Comme la saga a été écrite plusieurs siècles après la période de création d'Erik, elle n'est pas fiable en termes de contenu. De plus, les descriptions sont très différentes de celles de la saga Grænlendinga, qui parle également d'Erik et de son fils Leif.

Épée viking Erik le Rouge

Le fabricant de lames espagnol Marto a donné à l'une de ses épées le nom de l'important homme du Nord : l'épée Erik le Rouge. Il s'agit d'une réplique d'une épée viking trouvée à Dybäck. L'original se trouve au Musée d'histoire de Stockholm. Dans la trouvaille, la plaque buccale a rouillé jusqu'à la poignée. Bien qu'il y ait eu une fois bien sûr deux parties, cette construction "fusionnée" a été conservée dans la réplique.

Épée de Erik le Rouge

La poignée, ornée de figures en relief, est en métal coulé bronzé. La lame de l'épée est forgée en acier inoxydable AISI 440 et polie avec une finition complète.

L'épée a été fabriquée par Marto à Tolède, en Espagne, la ville traditionnelle des lames. Les produits Marto portent le label de qualité "Hecho en Toledo" ("Fabriqué à Tolède"), qui représente des siècles d'expérience dans l'artisanat de la forge.

Remarque : bien que l'épée soit très robuste et de grande qualité, il s'agit d'une épée purement décorative.