Corbeau Signification

Significations du Corbeau : entre mythologie et ésotérisme

Nous allons aujourd'hui étudier de près l'un des animaux les plus controversés de la création : le corbeau. Cet animal a fasciné de nombreuses civilisations, dont les Vikings.

Dans cet article, vous découvrirez la symbolique de cette créature et ses significations à travers les siècles, les peuples, les cultures, les superstitions et l'ésotérisme. 

En fait, il sera très difficile de trouver, au cours de notre long voyage dans le symbolisme animal et les significations connexes, un être ayant une réputation aussi noire que le corbeau.

Les surprises ne manqueront pas. Sommes-nous prêts ? Un, deux, trois... craaaaa ! craaaaa ! craaaaa !

Corbeau

Il est évident que les comportements des animaux constituent à tout point de vue la base des légendes et des croyances des hommes. Dans ce cas, puisque le corbeau se nourrit également de cadavres d'animaux et d'hommes, en arrachant souvent les yeux des orbites, il a été associé à la mort et au mal.

Ce n'est pas un hasard si l'une des formes physiques-matérielles préférées par le diable est celle du corbeau.

Dans l'ouvrage démonologique Ars Goetia, qui consiste en un recueil de diverses pratiques de magie noire, le trente-neuvième démon est Malphas. C'est un esprit très puissant qui dirige quarante légions de démons qui, s'ils sont invoqués, apparaîtront d'abord sous la forme d'un corbeau, avant de prendre une forme humaine.

Joli Corbeau

Dans la mythologie grecque, le corbeau a une mauvaise réputation. Lorsqu'Apollon tomba amoureux de Coronides, il commanda un corbeau au plumage blanc pour garder sa bien-aimée enceinte pendant son voyage à Delphes. Coronides n'a pas été fidèle et a trahi Apollon avec Ischis, mais le corbeau ne lui a pas rapporté l'incident. Quand Apollon l'apprit, en guise de punition, il noircit les plumes du corbeau.

Dans la mythologie scandinave, le corbeau est l'oiseau sacré d'Odin : il semble que le dieu nordique suprême ait laissé ses corbeaux, Huginn (la pensée) et Muninn (la mémoire), libres chaque matin pour avoir des informations sur ce qui se passait dans le monde. Le soir, les corbeaux revenaient, se perchaient sur son épaule et lui racontaient ce qu'ils avaient vu et entendu.

Dans la Genèse, Noé a envoyé un corbeau de l'arche pour chercher de la terre sèche, et le prophète Élie aurait été nourri par des corbeaux : cela a prédisposé les chrétiens à considérer l'oiseau favorablement, bien que saint Ambroise la qualifie d'impérieuse pour ne pas être revenue à l'arche.

Corbeau noir

Selon d'autres légendes, ce sont les corbeaux qui ont guidé Alexandre vers le sanctuaire de Zeus Ammonius dans l'oasis de Siwah en Égypte, alors que plus tard ils ont prédit sa mort.

L'écrivain grec Porphyre, au troisième siècle après J.C., a écrit qu'il était possible d'acquérir des pouvoirs magiques en mangeant le cœur d'un corbeau. Et le poète Ovide, dans ses Métamorphoses, parle de la sorcière Médée qui a infusé dans les veines de Jason une potion de cerf vieilli et la tête d'un corbeau qui avait vécu pendant plus de neuf générations.

La tradition veut qu'un corbeau ne puisse jamais entrer dans l'Acropole d'Athènes à cause de son inimitié envers la déesse Athéna, dont le symbole est un hibou.

Les Latins l'appelaient Phoebius ales, l'oiseau d'Apollon et le soleil.

Oiseau noir

Dans la culture et la tradition des peuples des territoires subarctiques, le corbeau représente la magie et la métamorphose car il partage plusieurs secrets avec le Grand Esprit. Le corbeau apprend à l'homme à vivre de manière humble, consciente et modérée.

Selon la mythologie de certaines tribus indiennes, c'est le corbeau qui a créé la terre : l'oiseau, en effet, portait dans son bec les galets qu'il laissait tomber dans la mer pour former les premières îles.

En tant qu'esprit totem des cultures indiennes et aborigènes, le corbeau prend un aspect totalement opposé à celui de notre tradition. En effet il serait capable de protéger de la magie noire et de la sorcellerie, ainsi que d'être utile à la prescience des événements futurs.

Selon d'autres traditions des peuples amérindiens, le corbeau, en tant qu'animal fort, représente l'expansion de la conscience : ses plumes noires sont un passage vers l'infini. Et, étant en contact direct avec le Grand Esprit, il peut avoir des propriétés curatives envers la personne qui l'évoque avec magie.

Un beau corbeau

Dans la tradition alchimique, le corbeau, en raison de la couleur noire de ses plumes, représente la putréfaction de la matière utilisée.

Dans le Rosarium philosophorum, un recueil de doctrines alchimiques du XIVe siècle, il est dit que "Et sachez que la tête de l'art est le corbeau qui vole sans ailes dans le noir de la nuit et à la lumière du jour", une référence claire à la phase nigredo (la première et la plus importante de tout processus alchimique), dans laquelle les composants solides de la matière subissent une putréfaction.

En alchimie, on fait souvent référence au fait de "couper la tête du corbeau", qu'il faut couper à la fin du Premier Œuvre Alchimique pour séparer le Mercure du philosophe (c'est-à-dire le faire décanter) : cela produira une terre apparemment inégale, mais en réalité chaude et humide, qui donnera naissance au "petit roi" du Deuxième Œuvre Alchimique, le basilic (le feu, préambule à la transformation des métaux).

Les présages populaires concernant les corbeaux abondent.

Si un corbeau vole près d'une fenêtre et croasse, il annonce la mort. Voir un corbeau solitaire sur une cheminée est un signe de vengeance.

Si un corbeau vole trois fois au-dessus d'une maison et croasse trois fois, c'est un mauvais présage. Si on voit des corbeaux voler les uns vers les autres, c'est un présage de guerre.

Lorsque des corbeaux en troupeau quittent une forêt, cela signifie qu'une famine arrive.

Dans le folklore russe, et généralement dans le folklore européen, on croit que les esprits des sorcières prennent la forme d'un corbeau.